Trouver votre solution d’emballage alimentaire

Trouver votre solution d’emballage alimentaire

Malgré le fait que les achats durables soient devenus beaucoup plus accessibles qu’il y a dix ans et que les consommateurs achètent en fait des biens de consommation commercialisés de manière plus durable, l’emballage reste un cauchemar pour les marques et les acheteurs. Pourquoi semble-t-il si impossible de trouver des options d’emballage vraiment écologiques ? Pourquoi semble-t-il qu’il y a toujours plus d’emballages que nécessaire pour acheminer un produit de A à B ? Pourquoi y a-t-il des minimums aussi importants ? Et les emballages écologiques doivent-ils être aussi laids ?

Problème n° 1 : Emballages excessifs

Ceux d’entre nous qui sont conscients de la quantité de déchets que nous produisons (en tant que consommateurs et propriétaires d’entreprises) sont frustrés lorsque nous commandons quelque chose à une entreprise ou une usine responsable, pour découvrir ensuite qu’il est livré avec une quantité excessive d’emballages. Est-il nécessaire d’avoir cinq couches différentes de papier et de plastique entre le monde extérieur et mes produits ? Malheureusement, la réponse est : peut-être.

Si tout n’était pas expédié dans une sorte de matériau de protection, il y a de fortes chances que, le temps que cela vous parvienne, ce ne soit pas dans l’état parfait que vous attendez d’un article neuf.En particulier si vous commandez auprès d’une grande marque, votre produit passe par tellement de mains avant de vous parvenir qu’il doit être emballé dans un matériau à la fois hydrofuge et suffisamment durable pour le garder intact au milieu de nombreux voyages turbulents.

Ensuite, il y a les problèmes de sécurité. Les emballages alimentaires présentent une série de problèmes supplémentaires car ils doivent être conformes aux normes de sécurité de la FDA, qui interdisent d’emballer les aliments dans du plastique recyclé. Bien entendu, les produits tels que les équipements médicaux, les médicaments et les compléments doivent répondre à des normes d’emballage strictes pour des raisons d’hygiène et de stérilisation.

Problème n° 2 : matériaux non biodégradables et non recyclables

Bien sûr, comme il doit être résistant à l’eau et à la déchirure, la plupart de ces emballages sont en plastique. Bien sûr, une partie peut être recyclée, mais la plupart ne le peuvent pas. (Et de toute façon, le recyclage ne devrait pas être notre premier choix – il nécessite encore beaucoup de combustibles fossiles). Prenez l’affreux polybag, par exemple. Presque tout ce que vous achetez en ligne – de l’électronique et des vêtements aux produits ménagers et aux denrées alimentaires – est emballé dans un mince sac en polyéthylène vierge. Ils sont fabriqués dans le même matériau que les sacs d’épicerie en plastique, sauf qu’ils n’ont pas fait l’objet d’un examen public et qu’il n’y a donc ni interdiction, ni taxe, ni honte à les utiliser. Bien sûr, ils sont techniquement recyclables dans certains endroits, mais ils sont si bon marché et souvent contaminés que même si les consommateurs font l’effort de les déposer dans la poubelle prévue à cet effet à l’épicerie (puisque vous ne pouvez pas les mettre dans votre bac de recyclage), seul un pourcentage des sacs est effectivement recyclé en quelque chose de nouveau.

Problème n° 3 : l’éco blanchiment des plastiques biodégradables

Avec la prise de conscience croissante de l’importance du plastique à usage unique pour notre planète, le « plastique biodégradable » fait son apparition partout. Ces matériaux sont des alternatives d’origine végétale qui sont censées résoudre une grande partie des problèmes que pose le plastique (résistance à l’eau, etc.), mais sont fabriqués à partir de matériaux naturels et supposés biodégradables. Le problème : il est extrêmement difficile de dire quels produits en « plastique biodégradable » sont réellement biodégradables, et lesquels ne le sont pas.

Certains de ces types de bioplastiques se décomposent simplement en morceaux de plus en plus petits, ce qui donne des microplastiques ou des morceaux semblables au plastique qui sont peut-être plus destructeurs et encore plus difficiles à nettoyer de nos terres et de nos cours d’eau que les produits en plastique entiers. D’autres, principalement des produits oxo-biodégradables, se décomposent rarement. D’autres encore peuvent être compostés, mais dans une installation industrielle et non dans votre jardin (ce qui signifie que les consommateurs ont beaucoup moins de chances d’apporter ce produit à l’endroit où il peut être décomposé correctement).

Que faut-il rechercher dans les emballages écologiques ?

Malgré ces problèmes, il existe néanmoins des options d’emballages durables comme pour la vaisselle biodégradable. Que vous soyez une marque qui cherche à intensifier ses efforts en matière de développement durable ou un consommateur qui souhaite pouvoir identifier plus facilement les pratiques d’emballage écologiques d’une entreprise, voici ce qu’il faut rechercher :

Le papier au lieu du plastique : Là encore, le plastique est parfois inévitable, mais lorsque c’est possible, le papier est toujours meilleur car il est renouvelable et naturellement biodégradable.

Lorsque vous choisissez du papier, optez pour la certification FSC : Le Forest Stewardship Council (FSC) certifie que tout produit provenant d’une forêt a été obtenu d’une manière respectueuse de l’environnement, socialement responsable et économiquement viable.

Des colorants sûrs et non toxiques : Les emballages sont le plus souvent blanchis et teints à l’aide de produits chimiques qui sont nocifs non seulement pour l’environnement, mais aussi pour ceux qui manipulent le produit. Recherchez des colorants naturels et non toxiques comme le soja plutôt que l’encre traditionnelle à base de pétrole. Il est également beaucoup plus facile de recycler le papier qui a été teint avec du soja.

Papier sans acide : Le papier qui contient de l’acide est ce qui le fait jaunir, se fragiliser, se décolorer et se détériorer dans l’ensemble avec le temps. Acheter du papier sans acide signifie non seulement qu’il durera plus longtemps et pourra être réutilisé davantage, mais aussi que vous n’aurez pas à vous soucier de sa détérioration si vous l’achetez en vrac et le stockez dans votre atelier. Cela signifie également que si vous emballez des objets d’art ou des vêtements, vous n’aurez pas à craindre que l’acide ne s’infiltre sur le papier et sur vos produits.

Autres conseils

Un vrai atout compétitif pour votre restaurant

Un vrai atout compétitif pour votre restaurant